Au plus près de notre alimentation

Découvrez les bienfaits du radis, rose ou noir, ou encore du raifort… mais aussi du navet et du rutabaga ! A déguster régulièrement, mais avec modération !

Le radis rose ou noir

C’est le petit radis rose croquant et relativement doux qui est plus familier sur notre table, vient ensuite le radis noir ou le raifort plus fort et moins appréciés dans nos régions que dans les pays froids. Enfin il existe un raifort sauvage appelé « radis de cheval » ou « moutarde des Capucins » dont les qualités et les défauts sont décuplés.

Tous ont en commun un goût piquant et chauffant qui provoque la salivation et en fait, un excellent stimulant de l’appétit. Je le recommande aux anémiques aux enfants chétifs.

Radis roses

Croquez donc des radis roses, buvez du jus de raifort coupé avec un jus de carotte si vous le trouvez trop piquant.

Mettez les fanes de radis dans la soupe.

Cependant pour les estomacs délicats attention. Allez-y en douceur !

Consommé à forte dose, leurs effets provoquent des vomissements à cause du choc révulsif qu’il impose aux parois de l’estomac ; mais en faible quantité il provoque des contractions bénéfiques aux estomacs paresseux. On l’appelle la Pierre à aiguiser de l’estomac et en grande quantité il retourne celui-ci à l’envers comme une chaussette.

Son action brutale s’applique à d’autres domaines. Il est rubéfiant, c’est-à-dire qu’il tire le rouge de toutes les muqueuses qu’il touche comme celle de votre gosier. Cela encore, peut être bon ou mauvais. C’est excellent dans les cas d’infection respiratoire. On ne trouve plus dans nos pharmacies des sirops à base de raifort très utile contre la toux, mais en Sibérie, faute de pharmacie à portée de main, on confectionne un sirop maison très efficace en cas de bronchite. Vous mettez une dose de jus de raifort râpé pour 2 doses de miel et vous prenez une cuillerée à soupe de ce mélange avant chaque repas et au coucher.

Pour se débarrasser d’un asthme rebelle, on peut faire soi-même une préparation qui se conserve assez longtemps au frais :

Râpé un gros raifort très fin, mêlez à cette pulpe le jus d’un citron et prenez-en plusieurs fois par jour une toute petite cuillerée loin des repas c’est le maximum que vous pourrez supporter car vous serez en larmes mais surtout ne buvez pas d’eau car cette brûlure est bénéfique. À la longue, on s’habitue.

Cependant évitez ce traitement de cheval si vous souffrez d’un état congestif d’hémorroïdes ou autres inflammations cela ne ferait que les aggraver.

Cependant, insistez bien, si par ailleurs vous êtes rhumatisants ou arthritique, vous pouvez même dans ce cas appliquer des cataplasmes de raifort frais râpé sur les régions douloureuses qui sont ainsi échauffé et soulagé.

Enfin, la lente mastication de raifort, surtout le sauvage le plus fort, est efficace pour raffermir les gencives atteintes d’arthritisme, d’ulcères ; cela empêche également le déchaussement des dents.

J’ai également entendu parler d’un remède de bonne femme « je ne sais pas ce qu’il vaut », je n’ai encore pas essayé mais il paraît qu’en cas d’insomnie, de sommeil agité, de cauchemar, placer un bon cataplasme de raifort râpé sur chacun de vos mollets. L’afflux de sang appelé au mollets décongestionne et la tête s’en trouve toute rafraîchie, et le sommeil devrait venir. On peut toujours essayer. En tout cas sachez que le raifort, c’est de la dynamite, à manipuler avec précaution, mais aussi quel feu d’artifice !!!

Le navet et le rutabaga

Ces 2 légumes nous rappellent de mauvais souvenirs, ou des souvenirs d’antan. Ils sont le symbole des périodes de disette.

Finalement le terme navet devenu péjoratif, est synonyme de « qui ne vaut rien ». C’est une erreur parce que le navet a des qualités immenses. Ne l’oubliez ni dans votre jardin ni dans votre soupe de légumes, et si d’aventure vous pouvez le glisser dans le jus d’un rôti (un canard par exemple), faites-le.

Le navet

Car le navet, comme le rutabaga et les autres raves, sont riches en sels minéraux, sucre et vitamines. Il est recommandé aux enfants, aux anémiés, aux obèses et dans les cas de bronchite d’angine ou de gouttes.

On peut en faire une boisson pectorale en le faisant macérer, râper dans du lait et en ajoutant ensuite un peu de miel. Le bouillon de navet peut aussi servir de gargarisme.

De même, il aide à cicatriser la gorge crevassée par une angine, en application direct sur les engelures, crevasses ou furoncle, il est très apaisant.

Pour le rendre plus juteux, il est bon de le faire cuire au four.

Pour toutes ces raisons, il mérite d’être dans toutes vos assiettes.

Copyright © 2021. Site créé par La solution est ici.